Log in

I forgot my password

Latest topics
» The Serious Side
Today at 17:51 by LizzyNY

» Clooneys in NYC next week...?
Today at 16:40 by LizzyNY

» George with President Obama
Today at 16:25 by ladybugcngc

» Surbicon wrap party Friday night....4.12.16
Yesterday at 05:11 by Sevens

» December 2016 Chit Chat
Tue Dec 06 2016, 23:09 by ladybugcngc

» Clooney's baby?
Tue Dec 06 2016, 19:31 by it's me

» George to visit Yerevan April 2017 for Aurora Prize 2.12.16
Sat Dec 03 2016, 03:12 by melbert

» November 2016 Chit Chat
Wed Nov 30 2016, 15:49 by ladybugcngc

» Amal in Texas this afternoon 15.11.16
Tue Nov 29 2016, 21:35 by carolhathaway

Our latest tweets
Free Webmaster ToolsSubmit Express

Interview with TV Mag (France) 2008

View previous topic View next topic Go down

Interview with TV Mag (France) 2008

Post by Katiedot on Thu Mar 17 2011, 22:57

EXCLUSIVE: TV Magazine met George Clooney

04/04/2008 by Nathan Chuc, special correspondent in Los Angeles

To observe it in person, in this sequel to Los Angeles, we understand without really being able to analyze why no one can resist the charm of George Clooney. This man exudes cheerfulness, humor and intelligence. He has a perpetual smile cute (except when he speaks of Darfur, its cause, its battle) - even his smile wrinkles on his forehead. Ultra-thin in jeans, with a simple black polo that enhances your tan, George is the friendliness and good humor embodied. What else? "

The action of Leatherheads is in 1925, it was really like watching a period film, especially since the Roaring Twenties seyent you to wonder ...
Thank you (smile). We travel in the past is true. That's exactly what I wanted to do as a director on the film. I used the same kind of dialogue, framing and style. That's the trick. Of course it's not in color and black and white but they are the same camera movements: instead of using cameras in the shoulder which usually give a very rapid movement in the film, I used sequence shots , slower. And it was filmed from cranes for static shots.

This is your third film as director after Confessions of a Dangerous Mind and Good Night, and Good Luck, but the first that is neither personal nor engaged. You wanted to do something lighter?
All the films I made are very serious, very political. I was afraid of being labeled. For the media I became one only makes political thrillers. I do not want to become the moral conscience of America. I just want to be a director. I actually shaped my career to be more an actor. So I felt ready to do something really different. Yet ten years ago I read an early synopsis of this film, but the script was not working well. It had good characters but no real story. We spent the summer of 2006 to rewrite it. I returned in September and I said to Universal Studio, "I think I want a good movie. But if you want us to do we'd better do it quickly because I am 45 years ago and I am getting old ... "(laughs)

The way you interpret your character, Dodge, both awkward and seductive, reminds me a lot Tom Selleck in Magnum ...
It's fun to hear you say that ... I love it and I am inspired by him and James Garner series The Rockford Files (1974). Tom Selleck can play "the guy who does not take itself seriously" better than anyone. And at the same time, it is handsome. We can always learn from a guy like him.

Speaking of Magnum, the idea was a time that you resume the role of Selleck in adapting the series to the movies?
I heard about it, but it is only a rumor. Anyway, it ruled: Tom is 1m93 and I qu'1m79, it will not be possible! (Laughs) And then Tom is still handsome: it could very well resume its own role. Let the Magnum again!

You play a professional footballer. Did you obey a particular drive?
Let's say I have always been very athletic. I grew up playing football with my friends. I made the basketball and baseball in high school ... But, yes, I really had to be at the top of my form for this movie because it was not easy. I had to play 3-4 hours per day for 4 months and a half! That's when I lost weight. In addition, it is not the football we know. In Leatherheads, it looks more like rugby ... a sport-based types who cling to each other (he mimes) and send each other fisheries in the nose! (Laughs)

Have you taken a few shots?
Oh yes! The very first day - I must say that I underwent back surgery and neck in the past - I received a blow that knocked me, I fell ass in the mud! There, I said to the guy: "We had a break. New rule: DO NOT KNOCK THE DIRECTOR - no matter what. Thank you! (Smile). It allowed me to come back to reality. I actually forgot that I had 46 years ...

In the scenes of the game on the ground, you feel you had a good time: you display a genuine smile of a child amazed!
(He laughs) It was very funny to do. You know, once we decided how far one could go in the game, in comedy, you have to let go. Plus it was big, the better. A bit like on the set of O'Brother. It was the same kind of humor. There is no limit for this type of film.

You say that your films are like your children what kind of child is Leatherheads?
Quite a brat (laughs) It's funny because I play a character very different from that of Michael Clayton, my last movie. I have the chance to play the two extremes. Most actors are confined to playing only in a single register: the funny guy or serious guy. I think never impressed the public in an enormous role that would crush the other. So, they let me do what I want.

in the film, there is a big seduction scene between you and Renee Zellweger. In private life, how do we live in a first encounter with a stranger when you're George Clooney?
(Laughter) The big difference when I meet a woman, man or child, they know more about me than I know about them. When you do not know you, you can really be yourself all the time. If you want to be funny or bad hair, you can. I think people have an idea of ​​what I am or should be according to them. On one side you can not be yourself. But on the other hand, fame can go straight to the point and open more quickly to others. And people laughed more easily too ...

Is that the kiss scene with Renee had an air of deja vu ... in real life?
No, not in real life (laughs). I think I slipped one day in an interview. I said I was out with Renee, but I was joking. It was also at that moment that I realized that a joke does not like your TV or print media. For three days, Renee was devastated and told me "You killed me (laughs). I was crestfallen ... Renee is truly one of my best friends. We're very close. We called at least once a week or so we send text messages. It's amazing how things as quickly explode in the media. This week I was woken up several times at 7am by my phone! I open my mail and I read that I'm engaged. I say "Wow, I'm fiance 'and I go back to bed. The next morning I read that I come back to ER - gold is not true. Like I said, 'Great, I go back to ER. " It's like this every day. And once the info is published, it is already commented on TV and reprinted a thousand times before you have had time to deny ...

Do you watch TV? Do you have favorite shows?
I can only answer the series The Office, because John * plays it. I watch much TV, especially news of all kinds. But I especially love the talk shows and political shows.

Can you still enjoy an espresso at your villa near Lake Como without someone telling you 'What else' **?
Well done! I can only send people to buy coffee for me (laughs)! But the most fun for another advertisement I made for Martini in Italy, said the slogan: "No Martini, No party! "(The actor is seen slamming the door on a beautiful plant because it lacks the famous bottle). Now, wherever I go in Italy, I was told (with emphasis) "Georgio! Hey! No Martini, No party! "(Laughs) It makes me laugh frankly. And incidentally, what kind of pub is a great way to laugh at myself. I need not take me seriously.

Through your advertising, sales of Nespresso increased 42% in 2006. You knew?
Really? Tell them they m'augmentent! (Laughs)

You who are so politically active, what do you think of our president?
I do not know Nicolas Sarkozy. I've never met, but I heard he was going through a difficult period in the polls. By cons I am very familiar with Bernard Kouchner! It was found some months ago in the Congo. I can not tell you what I think is great. It is a brilliant mind. He is incredibly brave and has a very good sense of humor. I know it may offend some people, but it's also what I like about him.

And then there are people who promise much and those who act. Kouchner is one of those. Let me describe my meeting with him was in the middle of the Congo. I was dirty and covered with dust for months, after going through Chad and Darfur. Kouchner arrived, super nice and super class in his blue jacket. He went directly to where people were being shot at and talk to them. I found it very very brave. I'm fascinated by it. He would make a good president, right?

EXCLUSIF : TV Magazine a rencontré George Clooney
ArticlesRéagir
Votez Note de l'article : 4/5 Le 04/04/2008 à 02:00 par Nathalie Chuc, envoyée spéciale à Los Angeles

Commentaire(s) (9)
Laissez un commentaire
A l'observer en personne, dans cette suite à Los Angeles, on comprend sans vraiment pouvoir l'analyser, pourquoi nul ne résiste au charme de George Clooney. Cet homme respire la jovialité, l'humour et l'intelligence. Il a un perpétuel sourire craquant (sauf quand il parle du Darfour, sa cause, sa bataille) - même ses rides sur ses tempes sourient. Ultra-mince, en jean, avec un simple polo noir qui réhausse son bronzage, George est la convivialité et la bonne humeur incarnées. What else ?!

L'action de Jeux de dupes se situe en 1925, on a vraiment l'impression de voir un film d'époque, d'autant que les années folles vous seyent à merveille...
Merci (sourire). On voyage dans le passé c'est vrai. C'est exactement ce que je voulais faire en tant que réalisateur sur ce film. J'ai utilisé le même genre de dialogue, de cadrage et de look. Voilà l'astuce. Bien sur c'est en couleurs et pas en noir et blanc mais ce sont les mêmes mouvements de caméra : au lieu d'user de caméras à l'épaule qui donnent un mouvement généralement très rapide au film, j'ai utilisé des plans séquences, plus lents. Et on a filmé depuis des grues pour les plans fixes.

C'est votre troisième film en tant que réalisateur, après Confessions d'un homme dangereux et Good Night, and good luck, mais c'est le premier qui ne soit ni personnel ni engagé. Vous aviez envie de faire quelque chose de plus léger ?
Tous les films que j'ai réalisés sont très sérieux, très politiques. J'ai eu peur d'être étiqueté. Pour les médias je devenais celui que ne fait que des thrillers politiques. Je ne veux pas devenir la conscience morale de l'Amérique. Je veux juste être réalisateur. J'ai d'ailleurs façonné ma carrière pour être davantage qu'acteur. Donc je me sentais prêt à faire quelque chose de vraiment différent. Or il y a dix ans j'ai lu un début de synopsis de ce film, mais le scénario ne fonctionnait pas bien. On avait de bons personnages mais pas vraiment d'histoire. On a passé l'été 2006 à le réécrire. Je suis revenu en septembre et j'ai dit à Universal Studio : « Je crois que je tiens un bon film. Mais si vous voulez qu'on le fasse on ferait mieux de le faire rapidement car j'ai 45 ans passés et je me fais vieux...» (rires)


George Clooney
Photo : Mélinda Sue Gordon / 2008 Universal Studios



Votre façon d'interpréter votre personnage, Dodge, à la fois maladroit et séducteur, me rappelle beaucoup Tom Selleck dans Magnum...
C'est amusant que vous me disiez cela... Je l'adore et je me suis inspiré de lui et de James Garner dans la série The Rockford Files(1974). Tom Selleck sait jouer "le type qui ne se prend pas au sérieux" mieux que quiconque. Et en même temps, il est beau gosse. On peut toujours s'inspirer d'un gars comme lui.

En parlant de Magnum, il avait été question un temps que vous repreniez le rôle de Selleck dans l'adaptation de la série au cinéma ?
J'en ai entendu parler, mais ce n'est qu'une rumeur. De toute façon, c'est exclu : Tom fait 1m93 et moi qu'1m79, cela ne va pas être possible ! (rires) Et puis Tom est encore beau gosse : il pourrait très bien reprendre son propre rôle. Laissez-le redevenir Magnum !

Vous jouez un footballeur professionnel. Vous êtes-vous astreint à un entraînement particulier ?
Disons que j'ai toujours été très sportif. J'ai grandi en jouant au foot avec mes amis. J'ai fait du basket-ball et du base-ball au lycée... Mais là, oui, je devais vraiment être au top de ma forme pour ce film, car ce n'était pas de tout repos. Je devais jouer 3 à 4 heures par jour pendant 4 mois et demi ! C'est là que j'ai perdu du poids. En plus, ce n'est pas le football américain qu'on connaît. Dans Jeux de dupes, cela ressemble plus au rugby... un sport à base de types qui s'agrippent les uns aux autres (il le mime) et qui s'envoient des pêches dans le nez ! (rires)

Avez-vous pris quelques coups ?
Oh oui ! Le tout premier jour - je dois préciser que j'ai subi des opérations du dos et du cou dans le passé - j'ai reçu un coup qui m'a mis K.O. , je suis tombé les fesses dans la boue ! Là, j'ai dit au gars : « On fait un break. Nouvelle règle : NE FRAPPEZ PAS LE REALISATEUR - quoi qu'il arrive. Merci !! » (sourire). Cela m'a permis de revenir à la réalité. J'avais un peu oublié que j'avais 46 ans...

Dans les scènes de match sur le terrain, on sent que vous avez passé un bon moment : vous affichez un véritable sourire d'enfant ébahi !
(Il éclate de rire) C'était très drôle à faire. Vous savez, une fois qu'on a décidé jusqu'où l'on pouvait aller dans le jeu, dans la comédie, il faut savoir lâcher prise. Plus c'était gros, mieux c'était. Un peu comme sur le tournage de O'Brother. C'était le même genre d'humour. Il n'y a pas de limite pour ce type de film.


George Clooney
Photo : Mélinda Sue Gordon / 2008 Universal Studios



Vous dites que vos films sont comme vos enfants : quel sorte d'enfant est Jeux de dupes ?
Un sacré garnement !(rires) C'est amusant car, je joue un personnage vraiment très différent de celui de Michael Clayton, mon dernier film. J'ai la chance de pouvoir jouer les deux extrêmes. La plupart des acteurs sont cantonnés à ne jouer que dans un seul registre : le type drôle ou le type sérieux. Je pense n'avoir jamais marqué le public dans un énorme rôle qui écraserait les autres. Du coup, on me laisse faire ce que je veux.

dans le film, il y a une grande scène de séduction entre vous et Renée Zellweger. Dans la vie privée, comment vit-on une première rencontre avec une inconnue quand on est George Clooney ?
(rires) La grande différence quand je rencontre une femme, un homme ou un enfant, c'est qu'ils en savent plus sur moi que je n'en sais sur eux. Quand on ne vous connaît pas, vous pouvez vraiment être vous-même tout le temps. Si vous avez envie d'être drôle ou de mauvais poil, vous pouvez. Moi, les gens ont déjà une petite idée de ce que je suis ou devrais être selon eux. D'un côté vous ne pouvez pas être vous-même. Mais de l'autre côté, la célébrité permet d'aller droit au but et de s'ouvrir plus vite aux autres. Et les gens rient plus facilement aussi...

Est-ce que la scène de baiser avec Renée avait un air de déjà-vu... dans la vraie vie ?
Non, pas dans la vraie vie (rires). Je crois que j'ai dérapé un jour lors d'une interview. J'ai dit que j'étais sorti avec Renée, mais je plaisantais. C'est d'ailleurs à ce moment que j'ai compris qu'une blague ne rend pas pareil pour la télé ou la presse écrite. Pendant trois jours, Renée était dévastée et me disait « Tu m'as tuée » (rires). J'étais penaud... Renée est véritablement l'une de mes meilleures amies. Nous sommes très proches. On s'appelle au moins une fois par semaine ou alors on s'envoie des textos. C'est incroyable de voir comment les choses explosent aussi vite dans les medias. Cette semaine, j'ai été réveillé plusieurs fois à 7h du matin par mon téléphone! J'ouvre mes messages et je lis que je suis fiancé. Je me dis «Whaou, je suis fiancé » et je me recouche. Le lendemain matin, je lis que je reviens dans Urgences - or c'est faux. Pareil, je me dis : « Chouette, je reviens dans Urgences». C'est comme ça tous les jours. Et une fois que l'info est parue, c'est déjà commenté à la télé et réimprimé un millier de fois avant que vous ayez eu le temps de démentir...


George Clooney et Renée Zellweger
Photo : Mélinda Sue Gordon / 2008 Universal Studios



Regardez-vous la télé ? Avez-vous des séries préférées ?
Je ne peux que répondre la série The Office, parce que John* joue dedans. Je regarde beaucoup la télé, surtout les nouveautés en tout genre. Mais j'aime surtout les talk show et les émissions politiques.

Pouvez-vous encore déguster un expresso près de votre villa au Lac de Côme sans que quelqu'un vous dise « What else »** ?
Bien vu! J'en suis réduit à envoyer les gens acheter des cafés pour moi (rires) ! Mais, le plus amusant concerne une autre publicité que j'ai faite pour le Martini en Italie; le slogan dit :« No Martini, no party ! » (L'acteur se voit claquer la porte au nez par une belle plante parce qu'il n'a pas la fameuse bouteille). Dorénavant, où que j'aille en Italie, on me dit (avec l'accent) « Georgio !!! Hé ! No Martini, no party !! « (rires) Ca me fait franchement rire. Et accessoirement, ce genre de pub est un très bon moyen de me moquer de moi-même. J'ai besoin de ne pas me prendre au sérieux.

Grâce à votre publicité, le chiffre d'affaire de Nespresso a progressé de 42% en 2006. Vous le saviez ?
Vraiment ? Dites-leur qu'ils m'augmentent ! (rires)

Vous qui êtes si engagé politiquement, que pensez vous de notre président ?
Je ne connais pas Nicolas Sarkozy. Je ne l'ai jamais rencontré, mais j'ai entendu dire qu'il traversait une passe difficile dans les sondages. Par contre je connais très bien Bernard Kouchner ! On s'est retrouvés il y a quelques mois au Congo. Je ne peux pas vous dire combien je le trouve génial. C'est un esprit brillant. Il est incroyablement courageux et possède un très bon sens de l'humour. Je sais qu'il peut choquer un peu les gens, mais c'est aussi ce que j'aime chez lui.
Et puis il y a les gens qui promettent beaucoup et ceux qui agissent. Kouchner fait partie de ceux là. Laissez moi vous décrire ma rencontre avec lui: c'était en plein milieu du Congo. J'étais sale et couvert de poussière depuis des mois, après être passé par le Tchad et le Darfour. Kouchner est arrivé, super beau et super classe dans sa veste bleue. Il est allé directement vers l'endroit où des gens étaient en train de se tirer dessus pour leur parler. J'ai trouvé cela très très courageux. Je suis fasciné par lui. Il ferait un bon président, non ?

Katiedot
Admin

Posts : 12369
Join date : 2010-12-05

Back to top Go down

View previous topic View next topic Back to top


 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum